• Services provinciaux

L’Ordre franciscain séculier en Polynésie française

Mis à jour : 8 juin 2018

Par Frère André Chicoine, accompagnateur spirituel de l’OFS


Frère André vient de rentrer d’un séjour de six mois en Polynésie française au cours duquel il a participé au développement de l’OFS dans cette région.

Ia orana !


En 2018, nous soulignons les 25 années d’engagement des douze premiers franciscains séculiers. C’est le frère Michel Hubault OFM qui avait préparé les membres à leurs engagements. À cette occasion, Mgr Michel Coppenrath soulignait que « la Fraternité franciscaine séculière est comme un nouveau palmier en terre polynésienne. Il montre l’activité de l’Esprit dans l’Église et sa fécondité en vos cœurs. »


Il s’étonnait aussi : « Quand, comment cette fraternité a-t-elle germé et s’est développée ? C’est quelque chose d’admirable ! » Il reconnaissait que « depuis plusieurs années déjà l’esprit de François d’Assise était agissant chez nous. Tout d’abord par les sœurs Missionnaires Notre-Dame-des-Anges, puis par les sœurs Clarisses. »


Aujourd’hui, la présence franciscaine séculière, discrètement, est vivante à l’ombre du monastère des clarisses en Tahiti. Maintenant, nous voyons une fraternité en émergence à Raiatea où neuf sœurs ont fait leur « profession de foi » en février dernier.


Cette année, Chantal Healy OFS, originaire de la Nouvelle-Zélande, a été déléguée du conseil international de l’OFS pour présider le chapitre national. Une première pour l’OFS en Tahiti ! Personnellement, j’y étais délégué par le collège des assistants spirituels généraux. Tout s’est bien déroulé !


Comme il a été proposé par Chantal, le nouveau conseil regarde de plus près à constituer une fraternité canonique à Raiatea … à poursuivre la formation avec les orientations du dernier chapitre international ... à revoir la dynamique de la grande fraternité de Tahiti en revalorisant le « partage évangélique » pour une trentaine de personnes … Ne faudrait-il pas avoir quelques petites fraternités « en mission » dans nos milieux respectifs ?


Pour nos frères et sœurs de Polynésie, ce fût « une denrée rare » d’avoir la présence d’un frère assistant pour quelques mois … Pour moi, ce fût une belle opportunité d’approfondir la vocation franciscaine séculière tout en encourageant. Moment privilégié pour l’OFS !


« Capucin » en Polynésie !