• Services provinciaux

Frère David Boudreau, capucin (1921-2019)

Mis à jour : 29 mars 2019


La légende raconte que parmi les passagers du train qui entrait en gare à Ottawa le 12 novembre 1938 un jeune homme originaire de Chéticamp en Nouvelle-Écosse fredonnait encore «Partons la mer est belle, embarquons nous pêcheurs ; guidons notre nacelle, ramons avec ardeur … » C’est qu’à 17 ans, le jeune Alphonse quittait le pays d’Évangeline pour cette aventure au large qu’est la vie religieuse. Il demeurera sur le navire pendant près de 80 ans, tantôt matelot, tantôt capitaine, le plus souvent à la nacelle afin de pointer vers l’Étoile et chanter la beauté du voyage !


Frère David était fier de ses origines acadiennes. Il nait le 18 avril 1921 à Chéticamp, un village du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Ce petit village de pêche traditionnel acadien est situé sur la pittoresque Cabot Trail, blotti entre les majestueuses montagnes de l’Île du Cap-Breton et les eaux du Golfe du Saint-Laurent. On l’appelle le village «toujours chantant» !


Il grandit dans une famille de 14 enfants dont il est le cadet. Son frère Daniel entre chez les Capucins l’année même où le jeune Alphonse arrive au Collège séraphique à Ottawa (1938). Deux de leurs sœurs, Louise et Luce, deviendront religieuses chez les Filles de Jésus. Un autre de leurs frères deviendra prêtre diocésain. Au baptême il reçoit le nom d’Alphonse. Son père, Placide, était un homme polyvalent : maître d’école, contremaître, responsable local de la compagnie d’électricité, notaire sans le titre et maître de chapelle durant de nombreuses années. Sa mère, Esther Broussard, décède alors qu’Alphonse est encore un jeune homme.



Après son cours primaire chez les Filles de Jésus à Chéticamp, Alphonse étudie au Collège séraphique d’Ottawa où son frère Daniel l’avait précédé. Il entre au noviciat des capucins à Limoilou (Québec) le 1er juillet 1941 et reçoit alors le nom de David. Il fait la première profession le 2 juillet 1942 et la profession solennelle le 2 juillet 1945. Il est ordonné prêtre le 27 février 1949. Ses 70 années d’ordination presbytérale ont par ailleurs été soulignées dans la joie avec les frères de La Réparation au cours du repas de midi le 27 février dernier.


La vie apostolique et de service de frère David s’est exercée principalement dans la formation des jeunes capucins, dans la prédication populaire et dans le service de ses frères comme gardien. De 1949 à 1953, il est professeur à la maison d’études des capucins de La Réparation et puis à celle d’Ottawa. En avril 1953, il est nommé sous-maître des novices à Cacouna et en août de la même année, il devient maître des novices après avoir reçu la permission du ministre général des Capucins car il n’avait pas l’âge canonique requis pour remplir ce service.

En 1961, il est nommé directeur de la maison d’études à Ottawa. En 1962, il retourne dans les Maritimes en tant que directeur des aspirants à Moncton et, en 1964, gardien de la fraternité. En 1969, il se rend à Bathurst où il demeure jusqu’en 1984. Il y est prédicateur, gardien (1970-1979) et maître des novices (1977-1981). Puis, il fait une année d’études à l’Institut catholique de Paris en 1982-1983 au terme de laquelle il se rend en pèlerinage en Terre Sainte. En 1984, il se rend à Lac-Bouchette comme gardien de la fraternité et recteur du Sanctuaire. En 1993, il est transféré à La Réparation, où il est gardien de la fraternité jusqu’à 1999.


Frère David s'est beaucoup intéressé au mouvement charismatique qu’il qualifiait de grâce pour l’Église et dans lequel il a eu figure de pionnier, à Bathurst, à Chicoutimi et à Montréal. Il en fut le répondant diocésain dans le diocèse de Chicoutimi, à compter de 1986 jusqu'à son départ pour Montréal en 1993.


Son ministère de prédilection semble cependant avoir été celui de la prédication de retraites paroissiales, de prédications dominicales sans oublier les neuvaines au sanctuaire Sainte-Anne du Bocage au Nouveau-Brunswick.


Frère David était un homme de foi, reconnu pour sa joie de vivre, son rire généreux et les messages d’amitié qu’il composait pour les confrères et les visiteurs. Il avait son style singulier caractérisé par son légendaire «Praise the Lord !». Frère David aimait chanter et toute occasion était propice à une chanson. Au cours des dernières années il aimait entonner ce chant au cours de l’eucharistie : «Prends ma vie Seigneur, que ma vie soit prière, que ma vie ressemble à ta vie ». Peut-être était-ce là le désir secret de son cœur …


Frère David est décédé le 20 mars 2019 à l’infirmerie provinciale des Capucins à Montréal. Ses funérailles ont eu lieu au même endroit le vendredi 29 mars à 11h. Sa dépouille est déposée au mausolée des Capucins.


Les Capucins – Province du Sacré-Cœur-de-Jésus

capucin.org

Mars 2019




536 vues2 commentaires